Magnavox Odyssey

Magnavox Odyssey
Date de sortie Amérique du Nord: 1972  Europe: 1974  Japon: 1974
Fin de la production 1975
Consoles vendues 330 000
Successeur Magnavox Odyssey2

Dans ce dossier, le premier de Mordu De Jeux, nous allons aborder la Magnavox Odyssey qui est la première console de salon au monde! Ne vous méprenez pas, les jeux compris avec cette console ne sont pas les premiers jeux vidéo à être apparus sur le marché. Les arcades existant déjà depuis quelques années avant l’apparition de la Magnavox.

 

Donc, préparez-vous à traverser le temps en 1972 pour visiter les balbutiements de la première console de jeux vidéo!

 

Comme il fut expliqué plus haut, la Magnavox Odyssey est la toute première console de jeux électronique de salon à avoir vu le jour. La console débarqua sur le territoire nord-américain en 1972. Elle est ensuite sortie en Europe et au Japon en 1974. Cette machine d’un autre temps n’a été réalisée par nul autre que Ralph Baer, le père fondateur des jeux vidéo moderne. Mais avant de parler de la console à sa sortie, il faut couvrir ce qui s’est déroulé avant la sortie de cette console légendaire.

 

Avant la sortie de la console en 1972, Ralph Baer avait entrepris, avec l’aide d’associés, un prototype de l’Odyssey qu’il termina en 1968. Ce prototype se nomma la « Brown Box » de par sa couleur brun foncé. Cette boite brune portait plutôt bien son nom puisqu’elle était en partie faite de vinyle brun, un peu comme le bois, du moins pour son apparence. Cette machine pouvait être programmée pour jouer à plusieurs types de jeux. Le joueur devait appuyer sur un interrupteur placé sur le devant de la machine. Pour les contrôles, la machine était bien en avance sur son temps puisque trois contrôleurs analogiques pouvaient ainsi être utilisés selon le titre joué. En parlant des jeux jouables sur la console, elle incluait un jeu de Ping-Pong, de dames, quatre jeux de sports, un « mini-putt » et même un jeu de tir. Les deux derniers titres devaient utiliser un périphérique distinct. Il y avait pour le « mini-putt », une manette avec une balle de golf attaché sur le dessus et pour le jeu de tir, une carabine en plastique pour le moins réaliste (le Zapper de la Nes peut aller se rhabiller). Malheureusement, seules certaines images sont disponibles pour cette console. Le prototype n’existant qu’uniquement en quelques exemplaires, il est donc difficile, voir impossible pour des collectionneurs de mettre la main dessus. Elle est cependant accessible en quelques copies au Musée national historique des États-Unis. La raison pour laquelle la Brown Box ne fut jamais commercialisée était que M. Baer ne trouva pas les jeux de la console assez amusants. C’est uniquement lors de la création du jeu Ping-Pong (Pong) sur la Magnavox Odyssey qu’il a trouvé la véritable définition d’amusant pour une console de jeux vidéo.

 

La Brown Box
La Brown Box

Après quelques essais avec la « Brown Box », Ralph Baer paru, en partenariat avec la compagnie Magnavox, la Magnavox Odyssey. Elle débarqua sur le continent américain en août 1972. Malheureusement, même si la console était révolutionnaire pour l’époque, ces ventes ne décollèrent pas. Seules 330 000 unités aurait été vendue pendant les trois années de sa commercialisation. La raison de cet échec est le manque de publicité de Magnavox notamment dans ces magasins spécialisés. De plus, il y avait une certaine confusion quant à savoir si la console fonctionnerait sur un autre téléviseur que ceux de la marque Magnavox. Heureusement pour les collectionneurs d’aujourd’hui, la console fonctionne bel et bien avec tout les types de téléviseurs analogiques. À sa sortie l’Odyssey coutait près de 100 $ américain (558.66 au taux de change en 2013). Avec le prix élevé des matériaux électroniques dans les années 70, Baer et son équipe ont dû faire une croix sur un système pour le son et la couleur. Pour faire simple, les seuls « graphismes » que la console pouvait afficher étaient deux barres blanches et sur certains jeux, un petit carré blanc remplaçait les deux barres. 12 cartouches étaient comprises avec la console. Ces dernières ne contenaient pas de jeux à proprement parler, mais elles servaient d’interrupteur pour permettre à la console de vérifier à quel type de jeu l’utilisateur voulait jouer. M. Baer avait prévu de nouveaux types de jeux dits « cartouche active ». Ces cartouches devaient ajouter de nouvelles fonctionnalités à la console comme l’ajout d’effets sonores et le changement de vitesse de la balle (carré blanc). Malheureusement pour lui, la console n’eut pas le succès escompté.

 

La console comprenait également plusieurs minces feuilles de plastiques que l’on pouvait coller sur le téléviseur. Cela permettait de « simuler » en quelques sortes la couleur des jeux. Petit fait à noter, seules deux tailles de télévision étaient compatibles avec ces feuilles de plastique.

 

Les jeux de la Magnavox Odyssey

Comme il est expliqué plus haut, les cartouches de l’Odyssey servaient d’interrupteurs. L’imagination et les feuilles de plastiques placées sur l’écran de télévision étaient les principales sources d’immersions. Les joueurs pouvaient donc tricher en traversant les feuilles plastifiées avec leurs curseurs. Une vidéo du célèbre Angry Video Game Nerd survole en vidéo les différentes caractéristiques de la console ainsi que quelqu’une de ces jeux.

 

Sources

-> https://www.youtube.com/watch?v=kDAKxjG7VaI

->  http://americanhistory.si.edu/collections/search/object/nmah_1301997

->  http://computermuseum.50megs.com/magnavox2.htm

->  https://en.wikipedia.org/wiki/Magnavox_Odyssey

->  https://www.thegameconsole.com/magnavox-odyssey-game-console/

->  http://thedoteaters.com/?bitstory=odyssey

->  http://gaming.wikia.com/wiki/Magnavox_Odyssey